Tweeter

Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 15 janvier 2016

Une Europe sans U.E., c'est possible. Une Europe sans euro, c'est indispensable.



Europe, UE et euro. Une confusion soigneusement entretenue par Bruxelles !

Billet d’humeur de Bruno Lemaire

L’Europe est une réalité historique, géographique et humaine.

L’UE (union européenne) est une construction diplomatique, souvent bureaucratique, pas toujours très efficace et parfois non démocratique, vu le poids de fonctionnaires non élus censés aider à son développement.

L’euro est un seulement un outil, que de plus en plus de voix trouvent inefficace, voire malfaisant.

Laisser entendre que s’attaquer à l’euro, ou remettre en question certains traités de l’U.E., serait s’en prendre à l’Europe est donc une forfaiture, pour toute personne ayant un peu de bon sens et qui ne serait pas complètement lobotomisée par la propagande officielle de la ‘troika’ (Bruxelles, Francfort, FMI).

La question de l’U.E. peut être abordée par un referendum, qu’il faudra cette fois-ci davantage respecter que celui de 2005.

Celle de l’Euro est essentiellement une décision à la fois technique et politique. Les mauvais outils, on s’en débarrasse, même si la portée symbolique d’une monnaie est évidemment à considérer.

La France exportait avant l’euro, elle pourra exporter même si cette monnaie unique, et  inique, est remplacée, en interne, par un ‘Obélix’ ou un ‘gaulois’ , et, en externe, par un écu dont la principale vocation sera de permettre des échanges équilibrés, ce qui n’est pas le cas actuel dans la zone euro.

vendredi 8 janvier 2016

Quelques vues disparates sur la monnaie-argent



Quelques interrogations et propositions sur le rôle de la monnaie-argent.

Tribune libre de Bruno Lemaire

voire au Royaume-Uni, on parle de réforme monétaire d’envergure, il est étonnant de constater l’incohérence de la plupart des économistes sur le sujet.

Pour les économistes ‘orthodoxes’ qui conseillent ou souhaitent conseiller nos dirigeants, la création de monnaie est exogène, c’est-à-dire entreprise à l’extérieur de la sphère économique, et a d’ailleurs peu d’impact, d’après leur propre théorie, sur l’économie réelle :  c’est la thèse des ‘monétaristes’, en particulier celle du prix Nobel Friedman. Ce qui est étrange, c’est que d’un point de vue libéral, la monnaie devrait être endogène (elle l’est d’ailleurs pratiquement, même si c’est nié par ces mêmes économistes dits « néo-classiques », qui se cramponnent à la fausse théorie du multiplicateur monétaire). ‘Endogène’ au sens où la demande de monnaie est faite par les agents économiques, et que l’offre de monnaie est produite par les banques « de second rang », et non par la banque centrale.
Pour cette vision du monde, ultra-libérale, la seule façon de réconcilier théorie et pratique, et d’avoir donc un peu de cohérence dans leurs recommandations, serait de permettre aux banques privées d’accorder autant de crédits – l’argent-dette – qu’elles le jugent profitable, et de n’avoir recours à la banque centrale que pour les échanges internationaux, en tant que super agent de change. Et si une banque privée a trop prêté, elle ferait faillite, comme toute entreprise insolvable, au lieu de compter sur la générosité de la banque centrale ou du contribuable pour la sauver. Ce n’est manifestement pas le cas, puisque la banque centrale est considérée comme le prêteur de dernier recours, ou secours, même si la nouvelle loi européenne, entrée en vigueur au 1/01/2016, va permettre aux banques privées de se refaire une santé sur les comptes d’épargnant dépassant un certain montant.

Une autre thèse, beaucoup moins libérale et qui n’est soutenue que par un petit nombre d’économistes hétérodoxes – au nombre desquels il faut citer le regretté Maurice Allais consiste à partir des faits. 80% de la monnaie-argent, au moins, est créé par les banques de second rang, et la banque centrale ne fait que suivre. Cette émission d’argent est trop abondante en période de boom, trop restreinte en cas de crise, et l’injection de monnaie de la banque centrale, telle que les QE (Quantitative Easing) actuels n’ont pas beaucoup d’effet bénéfique sur l’économie réelle. D’où leur rejet complet du pseudo multiplicateur monétaire, pourtant enseigné à tous les apprentis économistes et autres prétendus experts.

La seule façon pour une banque centrale d’être efficace serait d’interdire aux banques de second rang de créer de la monnaie, ce qui, dit autrement, consisterait à avoir un multiplicateur monétaire égal à 1 (au lieu qu’il varie entre 3 et 8, au gré des banques commerciales et de leurs intérêts particuliers). Le seul argent prêté à l’économie réelle, en dehors de l’épargne, proviendrait donc de la banque centrale, qui travaillerait donc uniquement pour le bien commun, et non pour des intérêts privés.

Ce serait à la représentation de la nation de décider chaque année du montant nouveau de monnaie qui pourrait être injecté dans l’économie réelle, par exemple de 2% de la monnaie actuellement disponible si l’on veut obtenir une croissance nominale de 2%

Une telle proposition figure en filigrane dans le programme économique du Front National, même si la « monnaie pleine » suggérée par nos amis suisses n’est pas encore totalement revendiquée. Elle a en tout cas le mérite d’une grande cohérence, et elle permettrait de résoudre le problème crucial qui se présente à nous. Comment mettre fin à cette course en avant, dans laquelle il faut toujours plus de dettes pour rester sur place, voire pour reculer.

Abandonner l'euro, quelle horreur!



Passer d’un euro à un ‘Obélix’, à un ‘franc Marine’ ou à un ‘gaulois’, vous n’y pensez pas ?

Billet d’humeur de Bruno Lemaire, Club Idées Nation

Passer d’un euro à un franc, quel que soit son nom, non seulement il faut y penser, mais il faut le faire.

Entre une baguette achetée un euro, ou une baguette achetée un ‘gaulois’, où est la difficulté, où est le problème ? C’est sûrement moins compliqué que de passer de 6.55 francs Pinay à un euro, non ?

Pour l’homme de la rue, et donc 95% des ‘français moyens’, pour tous ceux qui achètent en France, cela ne représentera évidemment aucune difficulté. Pour les frontaliers, on a fait cela pendant des siècles, et le moindre smartphone fera de nos jours la conversion automatique entre un ‘gaulois’, un ‘romain’ (éventuel nouveau nom d’une lire retrouvée) ou un ‘hispano’.

On nous dit que la transition prendra du temps. Si elle est préparée, que nenni mon bon monsieur, ou ma bonne dame. Quelques heures pour les comptes électroniques (97 % du montant des achats est informatisé), 2 jours pour tamponner tous les anciens billets en euros, pour mettre une surcharge ‘gaulois’ sur chacun d’eux, 5 semaines pour fabriquer de nouveaux billets ‘gaulois’ tout neufs.

Quitter l’euro pour aller vers une monnaie nationale n’est donc pas une question technique, mais réclame une volonté politique. Et qui peut douter de la volonté politique d’une Marine Le Pen qui veut mettre fin à 30 années de gabegie sociale et économique, dont 13 ans sous la férule du carcan de l’euro pilotée par la Banque Centrale Européenne et par Francfort.

N’oublions pas non plus que ceux qui clament haut et fort que la renaissance d’une monnaie nationale sont ceux qui ont conduit la France dans l’impasse actuelle. S’ils avaient un peu d’honneur et de morale, ils se tairaient, pour ne pas empêcher la renaissance de la France, qui passe par la renaissance d’une souveraineté pleine et entière, y compris dans le domaine monétaire.

Que revive donc cette souveraineté monétaire, d’une monnaie tout entière au service du seul souverain, le peuple.