Tweeter

Rechercher dans ce blog

mercredi 11 juin 2014

Mario Draghi et sa planche à faux billets



Mario Draghi et sa planche à faux billets pense relancer la croissance, il ne fait sans doute que relancer la spéculation.

Bruno Lemaire, Club Idées Nation.

Mario Draghi est sans nul doute l’homme le plus puissant sinon d’Europe, ou en tout cas de l’Union Européenne. Pour quelqu’un qui n’a jamais été élu, et qui a aidé la Grèce à présenter des comptes « arrangés » pour lui permettre de rentrer dans la zone Euro, ce n’est pas vraiment ‘démocratique’, ce qui ne semble pas déranger grand monde parmi nos ‘élites’ ou nos ‘sachants’.

De fait, les mesures monétaires que la BCE, qu’il dirige, vient de prendre, ont eu un impact immédiat, à la fois sur le niveau de l’euro et sur celui des actions : que demander de plus, l’euro est un peu moins cher que précédemment, et les actions continuent à monter.

Rappelons ces trois mesures, et leur objectif :
   1. Abaissement du principal taux directeur de la BCE à 0,15% : l’argent va être moins cher (pour les banques en tout cas).
    2.Taux de dépôt ‘négatif’, à -0,10% : les banques seront incitées à ne pas faire ‘dormir’ leur cagnotte à la BCE.
    3. Emission de prêts à long terme, ou VLTRO (4 ans) de 400 à 500 milliards, d’ici la fin de l’année : les banques pourront se débarrasser de leurs obligations ou créances les plus douteuses, leur bilan en sera un peu plus ‘présentable’.

En fait, tout se passe comme si la BCE, au lieu de relancer l’économie, en prêtant éventuellement aux Etats, ce que l’article 104 du traité de Maastricht lui interdit formellement, imaginait qu’en prêtant davantage d’argent aux banques, ces dernières joueraient enfin le rôle qu’elles devraient avoir, mais qu’elles ne jouent plus depuis bien longtemps, à savoir le financement de l’économie réelle, l’économie concrète, celle des entreprises et des ménages.

Croire à une relance par le gavage des banques est certes un scénario possible, sur le plan théorique, mais les faits sont têtus : cela ne marche pas ainsi. Tant que les banques gagneront plus d’argent en spéculant qu’en prêtant aux entreprises, ce n’est pas en leur permettant d’avoir plus de facilités financières, ‘liquides’ ou ‘scripturales’, que l’on changera leur comportement. En dehors des dépôts obligatoires qu’elles détenaient auprès de la BCE, l’essentiel de leurs fonds – le plus souvent créés ex nihilo – ne leur servait qu’à financer des activités financières bien éloignées de la sphère réelle, bien éloignées du monde des entreprises. On ne voit pas pourquoi cela changerait fondamentalement.

Il en irait évidemment tout à fait différemment si les banques ne pouvaient pas utiliser l’effet de levier consistant à emprunter très peu cher pour prêter une quantité bien plus importante, sans risque, à des taux d’intérêts importants. Lorsque les marchés boursiers croissent de 15% par an, alors que l’économie réelle ne croit que de 0 à 1% l’an, on comprend que, pour les banques, investir en actions, pour compte de tiers ou en nom propre, soit bien plus rémunérateur.

Une autre solution, proposée dans le programme présidentiel de Marine Le Pen, aurait été de cibler toute nouvelle émission monétaire vers les entreprises, et le financement de grands travaux structurels, transports, énergie, habitat, nouvelles technologies, éducation. Mais, dans l’Europe actuelle, dirigée par un banquier, pour des banquiers, c’est évidemment impensable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire