Tweeter

Rechercher dans ce blog

vendredi 31 octobre 2014

une monnaie commune pour sortir de la crise



Pour sortir sans trop de dégâts de la crise de l’Euro : une monnaie commune ?
Tribune libre de Bruno Lemaire, club Idées Nation



A un moment donné, 11 ou 12 personnes sur la même ligne. Un peu plus tard, ces mêmes personnes en (dés)-ordre dispersé. Que faut-il faire ? Que les plus lestes s’arrêtent, ou que les moins rapides se mettent à courir. A moins que l’on ne redonne un nouveau départ ?

Toute la problématique de l’Eurozone est résumée ainsi : une monnaie unique, ou une course avec des marcheurs-coureurs trop différents, cela ne marche pas.

La seule solution : refaire le point systématiquement, à des intervalles bien définis, en utilisant des critères objectifs, pour éviter toute spéculation. Dans le cadre monétaire, cela s’appelle avoir une monnaie commune, mais pas unique.

Concrètement, si la France et le Portugal décidaient d’avoir une monnaie commune, par exemple un euro français qui vaudrait 1.1 dollar et un euro portugais qui vaudrait 2°% de moins, la parité entre euro français et euro portugais (ou franc et escudo, peu importe) serait fixée pour une période fixe, par exemple 2 ans. Au bout de 2 ans, nouvelle fixation des taux de change, en fonction d’un critère objectif, par exemple le déséquilibre commercial éventuel entre ces deux pays, ce qui correspondrait à l’esprit de la charte de la Havane.

Bien entendu, ce qui est décrit au niveau de 2 pays est généralisable à l’ensemble des pays, de l’actuelle euro-zone ou non, qui voudraient coopérer ainsi. La variation éventuelle des taux de change, fixes mais ajustables, correspondrait ainsi à l’évolution respective des possibilités économiques des pays concernés. La monnaie commune ne serait plus un carcan, mais une aide pour chaque participant. Et chacun recouvrerait sa souveraineté monétaire.

6 commentaires:

  1. La base monétaire, ou « monnaie de banque centrale », désigne la monnaie qui a été créée directement par la banque centrale. Elle se compose :
    des billets en circulation qui représentent environ 15 % de la masse monétaire M1 ;
    des avoirs monétaires détenus par les titulaires de comptes auprès de la banque centrale, c'est-à-dire principalement les banques commerciales.

    (source : Wikipedia)

    Aux Etats-Unis, la base monétaire était de 800 milliards de dollars en 2008. Depuis, elle a explosé. Elle est de 4500 milliards de dollars en 2014.

    Regardez le graphique 4 :

    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=79791

    Aux Etats-Unis, cette création de monnaie n'a pas du tout profité à l'économie réelle.

    En revanche, cette création de monnaie a profité à la Bourse des Etats-Unis !

    Partout ailleurs, c'est pareil.

    Aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, etc, la création de monnaie par les banques centrales ne profite pas à l'économie réelle. Elle ne profite qu'à la Bourse.

    En clair : sans le vouloir, les banques centrales ont créé de gigantesques bulles boursières, partout dans le monde.

    Le jour où ces gigantesques bulles boursières éclateront, nous vivrons une crise de type 1929, mais en plus violent.

    Alan Greenspan a dirigé la banque centrale des Etats-Unis de 1987 à 2006. Alan Greenspan vient de déclarer :

    « Les QE n'ont pas aidé l'économie, le dénouement sera douloureux, achetez de l'or. »

    Jeudi 30 octobre 2014 :

    Marchés : quand Alan Greenspan broie du noir...

    L'ancien président de la Fed sort de son silence pour mettre en garde la banque centrale américaine !... Alan Greenspan pense ainsi qu'il ne sera pas possible pour la Fed de dénouer sa politique monétaire ultra-accommodante sans provoquer des turbulences sur les marchés financiers.
    Lors d'un discours prononcé hier à New York, M. Greenspan a estimé que le programme d'achat d'actifs de la Fed ("QE") a eu un "effet formidable" en gonflant la valeur des actifs, mais en revanche, il n'a pas soutenu la demande dans l'économie réelle. L'effet positif n'a ainsi été "majeur" que sur les multiples de capitalisation en Bourse et sur les prix immobiliers, via l'abaissement des taux d'intérêts à long terme, a-t-il ajouté.

    "Les marchés réagissent souvent de façon imprévisible"

    Interrogé sur la capacité de la Fed à normaliser sans remous sa politique monétaire, après 5 ans de taux à zéro et d'injections de liquidités, il a répondu "je ne le pense pas".
    "Nous n'avons jamais connu une telle situation, et je ne peux pas vous dire exactement ce qui va se passer" a-t-il ajouté, tout en soulignant que les marchés réagissent souvent aux changements de politique monétaire de façon "imprévisible et pas totalement rationnelle".
    Lorsqu'il dirigeait la Fed, de 1987 à 2006, M. Greenspan avait mis en garde contre l'"exubérance irrationnelle" des marchés à la fin des années 1990, sans pouvoir empêcher la bulle des valeurs internet d'exploser en 2000, ce que lui ont reproché certains experts par la suite.

    Alan Greenspan conseille d'acheter de l'or

    Aujourd'hui, M. Greenspan est si inquiet pour l'avenir qu'il conseille aux investisseurs d'acheter en priorité de l'or comme valeur refuge...
    Il s'est en outre montré pessimiste sur l'euro, estimant que la seule façon pour que la devise européenne survive est de réaliser une intégration politique complète des pays membres de la zone euro. A défaut de cette intégration, les déséquilibres augmenteront et conduiront en fin de compte à un effondrement de l'euro, a-t-il conclu...

    http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/marches-quand-alan-greenspan-broie-du-noir-601385.html

    Article en langue anglaise :

    http://online.wsj.com/articles/former-fed-chief-greenspan-worried-about-future-of-monetary-policy-1414597627

    RépondreSupprimer
  2. Le scandale de l'année 2014 : ce matin, des révélations explosives sur le Luxembourg sont publiées par 40 grands médias :


    Evasion fiscale : tout sur les secrets du Luxembourg.

    Des milliards d’euros de recettes fiscales évaporées grâce à des accords fiscaux secrets. Plus de 300 multinationales concernées, parmi lesquelles des stars de l’économie comme Apple, Amazon, Heinz, Pepsi, Ikea, Deutsche Bank…

    Dans une enquête réalisée en partenariat avec le consortium de journalisme d’investigation américain ICIJ (International Consortium of Investigative Journalists) et quarante médias étrangers (The Guardian au Royaume-Uni, le Süddeutsche Zeitung en Allemagne, la télévision publique canadienne Canadian Broadcasting Corporation, l’Asahi Shimbun au Japon, etc.), Le Monde révèle les dessous du système fiscal luxembourgeois.

    http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2014/11/05/evasion-fiscale-tout-sur-les-secrets-du-luxembourg_4518895_1656941.html

    Rappel :

    De janvier 1995 à décembre 2013, le Luxembourg a été dirigé par Jean-Claude Juncker.

    Aujourd'hui, Jean-Claude Juncker doit s'expliquer sur ces accords fiscaux secrets qui ont fait perdre des milliards d'euros de rentrées fiscales à la France, à l'Allemagne, etc.

    Aujourd'hui, Jean-Claude Juncker doit s'expliquer sur cet énorme scandale.

    RépondreSupprimer
  3. La vidéo qui démasque Jean-Claude Juncker le menteur :

    Jean-Claude Juncker a dirigé le Luxembourg de janvier 1995 à décembre 2013.

    Aujourd'hui, le plus grand scandale de l'année 2014 a révélé que le Luxembourg a passé des accords fiscaux secrets.

    Ces accords fiscaux secrets ont fait perdre des milliards d'euros de rentrées fiscales à la France, à l'Allemagne, etc.

    Or, qu'avons-nous vu le mardi 21 octobre 2008 sur France 2 ?

    Nous avons vu ce menteur de Jean-Claude Juncker jouer la comédie devant des millions de téléspectateurs.

    Il faut voir et revoir cette vidéo durant laquelle Jean-Claude Juncker ment, joue la comédie, donne des leçons de morale, fait semblant d'être scandalisé par le reportage du journaliste et par les questions de David Pujadas :

    « Je récuse la façon caricaturale dont vous présentez avec la condescendance bien franco-française la réalité luxembourgeoise. Votre reportage fut strictement ridicule. (…) Je ne me sens pas accusé par des reportages superficiels d’un journalisme primaire qui ne fait pas honneur à votre chaîne ».

    Jean-Claude Juncker n'est qu'un menteur et un comédien.

    Regardez bien cette vidéo à partir de 6 minutes 30 :

    http://www.marianne.net/Juncker-pique-sa-crise-au-JT-de-France-2_a92501.html

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce que quelqu'un a des nouvelles de Jean-Claude Juncker ?

    Jean-Claude Juncker a disparu.

    Il n'accorde plus aucune interview, il fuit les journalistes, il évite toutes les caméras de télévision, il annule au dernier moment sa participation aux Journées de Bruxelles, etc. Bref, il se cache.

    Et, toujours aussi courageux, il laisse son porte-parole Margaritis Schinas affronter les questions des journalistes sur le scandale Luxleaks.

    Résultat : son porte-parole ne sait pas quoi répondre.

    Son porte-parole ne fait que répéter comme un robot : « M. Juncker est le président de la Commission européenne. Ceux qui doivent fournir les réponses, toutes les réponses, ce sont les autorités luxembourgeoises. »

    Jusqu'à quand Jean-Claude Juncker refusera de s'expliquer sur le scandale Luxleaks ?

    Jusqu'à quand Jean-Claude Juncker se cachera ?

    Lisez cet article :

    Luxleaks : le porte-parole de Juncker refuse d’évoquer son rôle en tant que Premier Ministre du Luxembourg.

    La révélation par la presse de centaines de rulings fiscaux luxembourgeois controversés met dans l’embarras Jean-Claude Juncker, l’ancien Premier ministre du Grand-Duché, qui vient de prendre ses fonctions de président de la Commission européenne. Pressé de questions des journalistes européens jeudi midi, son porte-parole Margaritis Schinas a botté en touche.

    Interrogé sur son rôle dans la mise en place du système fiscal qui a permis à de nombreuses multinationales et familles fortunées d’obtenir des taux d’imposition favorables, le porte-parole de Jean-Claude Juncker a renvoyé la balle aux autorités luxembourgeoises actuelles. «  M. Juncker est le président de la Commission européenne », a-t-il répété inlassablement. Il a également refusé d’indiquer si le nouveau président de la Commission apporterait des éléments d’information dans le cadre de l’enquête que coordonnent ses services contre un certain nombre de rulings. «  Ceux qui doivent fournir les réponses, toutes les réponses, ce sont les autorités luxembourgeoises  », a-t-il dit.

    Le nouveau président de la Commission a par ailleurs annulé sa participation aux Journées de Bruxelles.

    http://www.lesoir.be/700706/article/actualite/fil-info/fil-info-economie/2014-11-06/luxleaks-porte-parole-juncker-refuse-d-evoquer-son-role-en-tant-q

    RépondreSupprimer
  5. De janvier 1995 à 2013, Jean-Claude Juncker a dirigé le Luxembourg.

    Le 6 novembre 2014, le plus grand scandale de l'année révélait que le Luxembourg a passé des accords fiscaux secrets avec plus de 300 entreprises multinationales.

    Ces accords fiscaux secrets ont privé la France, l'Allemagne, etc, de centaines de milliards d'euros de rentrées fiscales.

    Pour ne pas répondre aux questions sur ces accords fiscaux secrets, Jean-Claude Juncker a fui les journalistes pendant une semaine, puis, du bout des lèvres, il a fini par reconnaître les faits : il a utilisé un euphémisme remarquable :

    "Il est vrai que l'application de règles diverses, antinomiques très souvent, différentes et opposées peut conduire à des résultats d'imposition qui ne correspondent pas aux normes éthiques et morales généralement admises", a-t-il expliqué.

    http://www.latribune.fr/depeches/reuters/2014-11-12/juncker-prone-la-transparence-sur-les-pratiques-fiscales-dans-l-ue.html

    Mais ce sont tes actes depuis douze ans, Jean-Claude.

    Ce sont tes actes depuis douze ans qui ne correspondent pas aux normes éthiques et morales généralement admises.

    Et aujourd'hui, Jean-Claude ?

    Aujourd'hui, mercredi 12 novembre, tu es encore président de la Commission européenne.

    Tu n'as toujours pas été viré de ton poste de président de la Commission européenne.

    Le fait que tu sois encore président ne correspond pas aux normes éthiques et morales généralement admises.

    Ton maintien à ce poste est un véritable scandale.

    Le soutien que t'accordent la majorité des députés européens montre que toutes les institutions européennes ne sont qu'une grande mafia, qui protège son Parrain.

    http://www.euractiv.fr/sections/elections-2014/les-eurodeputes-de-la-gauche-radicale-lancent-une-motion-de-censure-contre

    RépondreSupprimer
  6. Aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, la création de monnaie par les banques centrales n'a eu aucun effet positif sur l'économie réelle.

    En revanche, cette énorme augmentation de la base monétaire a eu des effets positifs pour :

    1- les Bourses : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans la Bourse, ce qui a créé de gigantesques bulles boursières.

    2- les dirigeants politiques : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans les obligations d'Etat, ce qui a fait baisser le taux des obligations d'Etat. Conséquence : les dirigeants politiques ont pu continuer à emprunter des centaines de milliards supplémentaires, ce qui a créé de gigantesques bulles de dette publique.

    Les trois questions qui se posent :

    1- QUAND ces bulles boursières vont-elles éclater ?

    2- QUAND ces bulles de dette publique vont-elles éclater ?

    3- COMMENT se protéger lorsque ces bulles éclateront ?

    Personne ne sait la réponse des questions 1 et 2. Mais nous avons deux indices concernant la question 3.

    Ces derniers jours, nous avons appris que l'ancien président de la banque centrale des Etats-Unis, Alan Greenspan, avait déclaré : « Les QE n’ont pas aidé l’économie, le dénouement sera douloureux, achetez de l’or »

    http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/marches-quand-alan-greenspan-broie-du-noir-601385.html

    Et nous avons appris que la présidente de la banque centrale de Russie, Elvira Nabiullina, avait déclaré que la Russie achetait de plus en plus d'or. Elle a ajouté que la Russie allait continuer à acheter de plus en plus d'or.

    Regardez le graphique :

    http://www.zerohedge.com/news/2014-11-19/gold-rises-after-unusual-russian-central-bank-gold-buying-announcement

    RépondreSupprimer