Tweeter

Rechercher dans ce blog

jeudi 4 mai 2017

Sur l’euro-écu, les deux candidats ont brouté les collines de l’erreur



Entre une non économiste et un prétendu spécialiste, cherchez la bêtise la plus grosse!

Par Bruno Lemaire, ancien doyen associé de HEC, économiste

Comme je l’ai dit, écrit et tweeté juste après le débat du mercredi 3 mai, Marine Le Pen a dit une grosse bêtise sur l’écu, qui n’a jamais servi de monnaie de transaction, mais Macron a fait pire encore, puisque cet ex-ministre semble ne pas savoir comment se déroulent les transactions internationales.

En tant que supporter de Marine Le Pen, j’ai évidemment tendance subjectivement à penser que l’erreur de Marine est moins grave, mais en tant qu’économiste je me dois de dire que celle de Monsieur Macron est de loin beaucoup plus grossière, voire même volontairement mensongère.

C’est d’ailleurs ce que déclare aussi un excellent article de Boulevard Voltaire sur la question qui va même plus loin en déclarant que le « Jeune Macron s’embrouille les pédales »
Ci-dessous, le début de cet excellent article : « Euphorisé par les grosses bêtises racontées par Marine Le Pen à propos de l’ECU (European Currency Unit), Emmanuel Macron s’est laissé emporter en exprimant à son tour une énormité.
Droit sur ses ergots, le jeune coq a cru pouvoir assener la sentence suivante :
« Une grande entreprise ne pourra pas payer en euro d’un côté et payer ses salariés en francs de l’autre. C’est n’importe quoi, Marine Le Pen, cela n’a jamais existé ! »
J’ignore quel fut le dernier contact de monsieur Macron avec le monde réel de l’entreprise, mais ce qu’il décrit comme « n’ayant jamais existé » est le quotidien des millions de firmes… dont la mienne !
Il suffit de se trouver hors de la zone euro et de faire des affaires avec l’un des 19 pays qui ont adopté la monnaie unique pour, de fait, établir toutes les transactions en euro… et néanmoins payer ses salariés en monnaie locale. » 

Sans redire avec plus ou moins de talent ce qui est écrit dans l’article précité, je ne peux que proposer au lecteur intéressé de relire mes divers billets écrits ces jours-ci, ou encore à ce qu’a déclaré sur divers médias Bernard Monot, qui semble avoir été le seul à dire clairement les choses, peut-être aussi parce qu’il a pu s’exprimer sans être coupé toutes les 15 secondes.

Je conseille en particulier mon dernier billet, celui sur la prétendue double circulation voulue par Marine, ce qui est évidemment faux, contrairement à ce qu’a osé laissé entendre le gouverneur de la Banque de France, à son insu de son plein gré, qui semble avoir plus que les yeux de Chimène pour le « jeune Macron », le candidat de Bruxelles et d’une France soumise.

Comment confier les clefs de l’Élysée à quelqu’un qui se prétend économiste, après avoir été effectivement ministre de l’économie, et qui ne semble connaître de la vie économique réelle que les fusions acquisitions qui lui ont rapporté apparemment si peu pour des transactions de plusieurs milliards d’euro.

Oui, quand c’est flou, il peut y avoir un loup, et je ne pense pas souhaitable que les français soient des moutons pour un loup à l’Élysée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire