Tweeter

Rechercher dans ce blog

dimanche 2 avril 2017

La retraite à soixante ans, est-ce raisonnable, est-ce possible ?



Par Bruno Lemaire, docteur ès sciences économiques, diplômé d'Harvard, ancien doyen associé à HEC

Q. Dans son engagement 52, Marine Le Pen dit vouloir abaisser l’âge de la retraite à 60 ans. N’est-ce pas démagogique ?
Je ne le crois pas. Mais précisons d’abord que Marine Le Pen ne veut pas « abaisser » l’âge de la retraite, elle veut retrouver ce niveau. De plus, ce n’est pas sans conditions, puisque pour avoir droit à cette retraite à plein temps, il faut avoir cotisé 40 ans.

Q. Bien, mais est-ce envisageable, alors que chez les LR comme au PS, on dit que c’est impossible ?
Dois-je rappeler que L. Fabius a pris sa retraite de haut fonctionnaire à 55 ans, et que cela n’a pas gêné A. Juppé de prendre lui-même sa retraite, de haut fonctionnaire ET de parlementaire, à 58 ans. Pour les leçons d’économie ou d’éthique, ces gens-là feraient donc mieux de se taire.

Q. Admettons. Mais je reviens à ma question, la retraite à 60 ans « à plein pot », est-ce possible ?
Marine Le Pen, sur ce point, et plus généralement sur l’ensemble des questions économiques qu’elle aborde, est à la fois cohérente et pleine de bon sens.

Q. A savoir ?
Sachant que près de la moitié des « seniors » de plus de 55 ans est au chômage ou en préretraite, Marine pense qu’il vaudrait mieux les remettre au travail – en fonction de leurs compétences et de leurs possibilités physiques et psychologiques – que de continuer à les laisser loin de l’emploi jusqu’à 64, 65 voire 67 ans comme certains candidats à la présidentielle le proposent.
Si l’emploi progresse – et nous prévoyons de créer 1.5 à 2 millions d’emplois nets en 5 ans – la question du financement des retraites ne se posera pas, ou ne se posera plus.

Q. Et si ce plan pour l’emploi échoue ?
Tout sera fait pour qu’il n’échoue pas, avec une monnaie adaptée à notre économie, et pas à celle de l’Allemagne, avec la relance de nos industries et de notre agriculture, avec la priorité française pour les marchés et les emplois publics, avec la promotion d’un véritable label « produire et consommer français ».

Q. Et si cela ne suffit toujours pas ?
Les économies que nous ferons sur différents postes (immigration, Union européenne, fraudes fiscales et sociales) devraient aussi nous aider à payer ces retraites.
Cette question des retraites n’est pas idéologique, elle est simplement morale et destinée au bien commun. Et ce n’est que si toutes les mesures précédentes, de simple bon sens, échouaient, que Marine Le Pen poserait la question de l’âge de la retraite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire